Courrier aux adhérentes et adhérents de EELV Paris

Chères amies et cher amis,

Pour commencer, je dédie ma candidature à ma grand-mère paysanne décédée l’année dernière. Je lui ai rendu hommage à travers ce billet sur mon nouveau site. Je suis écologiste grâce à elle et je lui dois une éthique de l’action. Ma candidature tardive n’est pas le fruit d’un égocentrisme exacerbé mais une nécessité face à un début de campagne qui ne me satisfaisait pas au regard des enjeux de la période, à la manière de ce que disait Act-Up lors de mes premiers engagements politiques : « La politique comme politique de la vie est pensée à la première personne. »

En cela, le débat entre candidat.es du 11 mai a été une réussite. Il a fait raisonner une nouvelle musique qui me plaît. Mon éruption dans la bataille politique permet d’aborder la question de savoir comment nous pouvons gagner cette élection municipale et non de se contenter de trouver seulement le/la meilleur.e porte-parole de campagne. Elle permet aussi de définir ce qu’est gagner. Cela peut être d’être dans la position de Marie-Christine Blandin, présidente de la région Nord-Pas-de-Calais en 1992, en étant minoritaire, et non seulement arriver en tête au premier tour des élections.

Faire de la politique, ce n’est pas fantasmer un monde qui n’existe pas mais de partir de la réalité pour la transformer. La première de ces réalités c’est notre adaptation à l’anthropocène, sujet que j’ai abordé dès 2011 dans une de mes chroniques dans le journal Politis. Nos priorités programmatiques doivent répondre aux crises écologiques et notamment à la difficile équation énergétique. Si nous ne le faisons pas, si nous n’avons pas la volonté d’apporter des solutions à la hauteur des enjeux pour nous enfermer dans une niche identitaire alors je préfère consacrer mon temps à d’autres actions politiques. C’est dans ce sens que j’ai fait une contribution au programme parisien, « pour une gestion écologiste de la ville ».

La réalité politique parisienne, c’est aussi une sociologie parisienne très hétérogène selon les arrondissements. Il faut adapter nos propositions à cela. Par ailleurs, une maire sortante n’est pas battue d’un coup de baguette magique et d’autant plus qu’elle est une alliée de deuxième tour. La question des alliances est donc cruciale. L’élection municipale n’est pas l’élection européenne. Le succès d’Europe Écologie de 2009 avait été précédé de la vague Delanoé de 2008 où des maires sortants avaient gagné dès le premier tour dans le 3e, 11e et 19e.

Tout cela je l’ai développé dans ma profession de foi et surtout dans mon texte de candidature liminaire, le Pari(s) écologiste. Je vous invite à débattre par courriel, téléphone ou à travers mon site. Sur ce dernier, je développe de nombreux points. Il manque encore mes nombreuses interventions au Conseil de Paris que vous pouvez néanmoins retrouver sur le site de Groupe écologiste de Paris. Selon vos questions, je développerai les points qui vous paraissent importants.

Amitiés écologistes

Jérôme Gleizes

Et aussi …

Mon intervention dans la midinale de Regards

http://www.regards.fr/la-midinale/article/jerome-gleizes-eelv-macron-est-l-idiot-utile-du-fascisme

1 thought on “Courrier aux adhérentes et adhérents de EELV Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *