3ème courrier aux adhérentes et adhérents de EELV Paris

En route pour le Pari(s) écologiste

Chères amies et cher amis,

Pourquoi vouloir être le candidat des écologistes?

Par volonté de cohérence entre un parcours personnel et un engagement politique et pour rendre hommage à ma grand-mère comme je l’ai déjà dit dans mon premier mail. Toute mon expérience politique depuis 20 ans sera mise au service d’une vision claire et fondée de l’écologie à Paris.

Adhérent depuis 1997, j’ai exercé de nombreuses responsabilités aux Verts puis à EELV sans n’avoir jamais été dépendant financièrement de ces partis. Première bataille politique en 1993 lorsqu’étudiant à l’Ecole Normale Supérieur de Cachan, j’ai participé à la campagne législative d’Alain Lipietz contre Georges Marchais et Alain Geismar, réalisant un des meilleurs scores en autonome des Verts. 3 fois membres du secrétariat national, en 2002, en remplacement de Martine Billard lorsqu’elle a été élue députée, en 2006, en numéro 2 de Cécile Duflot lorsqu’elle est devenue secrétaire nationale, et une troisième fois en 2011. Parmi les principales responsabilités, j’ai eu notamment l’honneur d’organiser le lancement d’Europe Ecologie aux Journées d’été de Toulouse de 2009, 3 négociations programmatiques nationales, celle de 2007, 2012, 2017.

J’ai toujours lié réflexions intellectuelles (chronique dans Politis notamment) et actions militantes et institutionnelles, c’est je le crois une bonne voie pour rester humble, lucide, mais aussi déterminé et ancré dans le réel.  La cohérence entre nos discours et les politiques publiques que nous portons est plus qu’un devoir, c’est une nécessité.

Face au risque d’effondrement de nos sociétés, il nous faut porter un programme municipal radical qui réponde aux demandes de la jeune génération qui a voté massivement pour nous aux européennes ; respecter les recommandations du GIEC ; réduire l’empreinte carbone de Paris et donc de résoudre au niveau local l’équation énergétique et arrêter la politique de densité urbaine sans limite de Jean-Louis Missika, par ailleurs artisan du programme municipal d’Anne Hidalgo. Notre ville produisant 20% de la richesse nationale, il faut assurer le découplage indispensable entre la production de richesse et l’émission de gaz à effet de serre à Paris. L’autre enjeu est de s’attaquer à la principale question sociale parisienne, la lutte contre la gentrification qui pousse hors de notre ville les classes populaires. J’ai d’ailleurs mis en lumière cet enjeu lors d’une intervention au Conseil de Paris pour défendre l’usage de l’Office Foncier Solidaire dans le quartier Python Duvernois dans le 20e arrondissement. Mon engagement politique a toujours été d’agir sur mon environnement sinon je consacrerai plus de temps à autre chose (une carrière universitaire, au Sénégal auprès de ma belle-famille…). Nous ne le disons pas assez et nous ne le faisons pas assez. La politique de rupture pour répondre à la crise écologique est possible.

Mon expérience d’élu assidu dans le 20e arrondissement et au Conseil de Paris m’a montré que nous disposons de moyens que nous sous-utilisons. J’ai fait mon travail d’élu, j’ai rencontré et écouté bien sur les parisiennes et des parisiens mais aussi les associations, les syndicats à de nombreuses reprises. Ma connaissance du terrain vient de toutes ces rencontres. J’ai développé cette conviction dans une contribution au programme parisien, « pour une gestion écologiste de la ville ». Ce volontarisme nous dissocie aussi de la politique d’Anne Hidalgo et des socialistes. Sans celui-ci, jamais nous n’aurions pu prendre le contrôle de la production et de la distribution de l’eau à Paris. Cette expérience, je la mets à votre service pour gagner les élections.

Nous sommes d’accord entre nous sur notre volonté d’autonomie au premier tour vis-à-vis d’Anne Hidalgo car son écologie n’est pas la nôtre, elle ne permet pas de construire la résilience de Paris, de résoudre la crise écologique. Au contraire, elle provoque un effet rebond, « l’augmentation de la consommation liée à l’amélioration d’une technologie. »

Mais la politique ne se limite pas à la cohérence, elle doit être aussi lucide et responsable. La responsabilité, c’est de se donner les moyens de gagner pour résoudre la crise écologique. Etre cohérent seul ne permet pas de construire la majorité nécessaire à la victoire mais d’occuper seulement une niche électorale.

La lucidité c’est de partir de la réalité telle qu’elle est et non telle qu’elle est espérée. Cette réalité, c’est que notre principal adversaire c’est LREM, qu’avec 33 % des voix, il est en mesure de gagner des arrondissements, notamment dans l’ouest parisien, dès le premier tour. La belle victoire du 26 mai ne doit pas nous faire oublier que nous devons passer de 20% à 50 % pour gagner. La lucidité c’est de voir que tout.e maire sortant.e a un capital de voix plus important que le score de son parti. N’oublions pas l’élection municipale de 2008 où 4 maires sortants du PS avaient gagné dès le premier tour.

La lucidité c’est donc de reconnaître qu’il faut élargir notre base électorale dès le premier tour. L’élection municipale n’est pas l’élection européenne. En 2014, Anne Hidalgo, avait mené une alliance du PCF jusqu’au sociaux-libéraux et aux centristes qui sont passés depuis à LREM. Nous devons en faire de même. Éric Piolle en a fait de même à Grenoble.

La lucidité c’est de reconnaître que nous avons des faiblesses programmatiques qui font que les électrices et les électeurs ne nous font pas complètement confiance pour gérer des municipalités, Paris en tête. Il faut aborder tous les sujets sans aucune impasse pour renforcer notre crédibilité.

Je suis en capacité de nous défendre collectivement pour saisir l’opportunité de faire le programme de rupture nécessaire pour répondre à l’urgence écologique. D’être l’outsider qui surprend dans la dernière minute grâce à vos voix.

Amitiés écologistes

Jérôme Gleizes

PS 1 : L’AG du 1er juin laissant peu de temps au débat d’idées entre les candidat.es, je vous conseille de revoir ou de voir celui du 11 mai entre nous.

1 thought on “3ème courrier aux adhérentes et adhérents de EELV Paris

  1. Bonjour ,

    J’ai regardé votre site Web jerome-gleizes.fr et je trouve le contenu interessant http://jerome-gleizes.fr/index.php/2019/05/07/quelle-transformation-ecologique-de-leconomie/.
     De manière similaire, je souhaiterais écrire un article informatif avec une URL qui ajoutera une valeur significative à votre site web et interesserait vos lecteurs.

    Aussi, je vais vous payer pour publier ce contenu sur votre site.

    S’il vous plaît laissez-moi savoir les options de prix possibles.  
      À votre santé
      den smith

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *